Dans la garde-robe de Sonia Rykiel

Bonjour à tous!

Voilà comme promis je vous donne mes impressions sur l’exposition consacrée à la créatrice Sonia Rykiel qui se tient jusqu’au 19 avril 2009 au Musée des Arts décoratifs à Paris.

Pour tout vous dire j’ai mis plus de temps que prévu pour découvrir Exhibition mais je ne suis pas déçue d’avoir attendue car j’ai pu prendre mon temps et me plonger dans son univers hier après-midi (c’est presque une vision instantanée que je vous donne, à 24 heures d’intervalle :) )

Sonia Rykiel, par Dominique Issermann, 1980

Sonia Rykiel, par Dominique Issermann, 1980

J’ai été enchantée par cette exposition, je ne connaissais pas à 100% Sonia Rykiel et bien après cette scénographie didactique et bien orchestrée je suis presque incollable (je dis presque parce que je n’ai pas les chevilles qui enflent, en même temps avec ce froid je ne sais pas comment elles pourraient avoir augmenter de volume, mais je m’égare).

Bref on rentre tout de suite dans son univers dès l’entrée où l’on se retrouve dans une pièce circulaire et noire où l’on entend Sonia parler. Ensuite l’on plonge dans son univers et l’on découvre ses idées, son regard, les changements perceptibles qu’elle a apporté au monde de la mode et du prêt-à-porter en 40 ans. Comme elle l’explique si bien dans sa conception de démode elle ne cherche pas à révolutionner mais à créer un vêtement qui rende à la femme son corps et ses mouvements, elle est adepte des matières molles qui permettent à chaque femme d’évoluer à sa guise sans être emprisonnée.

 » Je crois que mes vêtements ont ce pouvoir: faire remarquer la tête sans se faire remarquer. C’est ce que je veux pour moi et pour les autres… Je ne révolutionne pas. Jamais. J’évolue. Souvent imperceptiblement. » propos recueillis en 1973.

À travers cette exposition qui retrace les 40 ans de sa maison on rentre littéralement dans sa garde-robe. Les débuts avec les pulls qu’elle a travaillé encore et encore sur ses propres mensurations pour arriver aux résultats escomptés: elle a monté les manches très hauts sur et sous l’épaule pour donner une silhouette très fine au niveau des bras. Elle radicalise la manière de coudre en supprimant les ourlets qui alourdissent les bas des robes, elle montre les coutures et met à l’envers les vestes pour montrer l’architecture du vêtement. Elle donne ses lettres de noblesse au jogging en velours et étend l’influence du tricot et du jersey au-delà du pull. Elle a ainsi propulsé la mode dans le monde moderne et affranchi les lois traditionnelles du métier de couturier. Elle dit ne pas révolutionner mais elle marque les esprits par des partis pris aussi novateurs.

Défilé Automne/Hiver 2005

Défilé Automne/Hiver 2005

Mais Sonia ne s’arrête pas là, si elle aime présenter ses modèles en salopette, elle est une inconditionnelle des matières légères et fluides telle que la mousseline qui sublime le corps des femmes et le rend attirant et mystérieux. Elle joue avec la couleur que ce soit sur les tricots où elle a initié le Total Look ou bien sur les marabouts1 frisés qu’elle place au niveau du cou pour révéler le visage de la femme. Elle s’amuse avec les textures, les formes, les couleurs. Sa femme est gaie vivante, vibrante.

Défilé Printemps/Eté 1991

Défilé Printemps/Eté 1991

C’est d’ailleurs de cette façon qu’elle conçoit un défilé. Grâce à sa fille Nathalie qui travaille à ses côtés, les défilés prennent une allure festive avec de la musique où les mannequins dansent plus qu’elles ne marchent. On voit d’ailleurs au deuxième niveau de l’exposition le défilé anniversaire des 40 ans de la maison en 2008 où l’allégresse des jeunes femmes est communicative.

Défilé Printemps/Eté 2008

Défilé Printemps/Eté 2008

L’exposition se clôture d’ailleurs sur ce défilé anniversaire. On peut voir dans la vidéo le cadeau surprise organisé par sa fille pour sa mère. Trente créateurs ont répondu présent pour créer une tenue unique « à la Rykiel ». C’est avec une vive émotion que j’ai pu découvrir les propositions de Gaultier, Lacroix, Lagerfeld, Castelbajac et beaucoup d’autres. On peut admirer ces tenues uniques à la fin de l’exposition qui marque l’influence marquante que Sonia Rykiel a apporté au monde de la mode et l’inspiration qu’elle a apporté aux couturiers.

Jean-Paul Gaultier, une création "à la Rykiel"

Jean-Paul Gaultier, une création "à la Rykiel"

Christian Lacroix, création "à la Rykiel"

Christian Lacroix, une création "à la Rykiel"

Jean-Charles de Castelbajac, création "à la Rykiel"

Jean-Charles de Castelbajac, une création "à la Rykiel"

Une exposition à voir absolument qui donne le sourire.

1 le marabout est un matériau utilisé aujourd’hui pour les tenues de cabaret, mais à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle il servait pour décorer le décolleté des femmes.

Sonia Rykiel, « Exhibition » se tient au Musée des Arts décoratifs jusqu’au 19 avril 2009, ouvert du mardi au dimanche jusqu’à 18H, nocturne le jeudi jusqu’à 21H.

Pour finir, une petite vidéo :

Une réaction dans “Dans la garde-robe de Sonia Rykiel

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>